Observatoire de la biodiversité
du Parc naturel régional du Massif des Bauges


Ce portail a pour ambition de proposer une interface simple permettant à tous de contribuer à la collecte de données de biodiversité sur le territoire du Parc naturel régional du massif des Bauges.

Nous vous proposons de participer à plusieurs programmes de collectes de données sur la biodiversité des cours d’eau et des zones humides, celle des milieux agricoles, celle des villages, ou encore celle des forêts.

Ces données seront ensuite traitées pour donner lieu à des analyses et le cas échéant, à la réalisation d'actions concrètes sur le terrain en faveur de la biodiversité.
Toutes les observations que vous transmettrez via les différents programmes, une fois validées, viendront enrichir la connaissance sur la biodiversité du massif.

Outil de sensibilisation et de collecte participative, cet observatoire vous permet facilement d'apporter vos contributions.

Nous vous demandons de vous créer un compte sur cette plateforme et sur les différentes plateformes partenaires liées aux programmes de collecte, car vous pourrez ainsi accéder à toutes vos observations une fois saisies, les modifier au besoin et les exporter.


Quelques recommandations à respecter pour être un parfait observateur

En participant à ces programmes de collectes de données sur les habitats naturels et la faune et la flore qu’ils abritent, il est important de respecter les mêmes règles que lors de vos promenades habituelles :

  • Certaines espèces ciblées sont protégées, comme la plupart des oiseaux, les amphibiens, les reptiles, le muscardin, etc...
    Pour tous les programmes de collecte de données (excepté la collecte des pelotes de réjection de rapaces, pour laquelle il est nécessaire de les prélever), il vous est demandé de ne pas capturer et manipuler les espèces animales, prélever leurs nids, ou cueillir les espèces végétales. Des photos suffisent et permettent de ne pas déranger les espèces et milieux.
  • Respectez la réglementation en vigueur et la propriété privée.
    Certains espaces protégés (APPB, RNN) restreignent l’accès à des espaces naturels, même piéton, pour le maintien d’habitats naturels sensibles et d’espèces à enjeu : il est nécessaire de respecter ces interdictions même dans le cadre de vos observations naturalistes.
    Continuez à respecter également les accès interdits, et ne perturbez pas les milieux ouverts en traversant les prés, et prairies.

Les Atlas de la Biodiversité Communale (ABC)

Via ce portail, vos données de biodiversité saisies vont notamment contribuer aux Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) des communes du massif des Bauges engagées dans le projet. Un ABC, c’est un projet communal pour enrichir la connaissance sur les habitats naturels et les espèces de la commune en impliquant les acteurs locaux et les habitants, et pour aboutir à des actions à mener en faveur de la biodiversité.

Ce sont 14 communes volontaires qui, en 2024 et 2025, réalisent leur ABC : Arith, Saint-François-de-Sales, Le Noyer, Lescheraines, Bellecombe-en-Bauges, Saint-Ours, Verel-Pragondran, Porte-de-Savoie, Gruffy, Viuz-la-Chiésaz, Quintal, Saint-Jorioz, Duingt, et Lathuile (74).



Pour tout savoir sur les ABC, rendez-vous sur la page dédiée du site internet du Parc.
Votre participation à ces ABC et vos observations sont précieuses si vous avez l’habitude de parcourir ces 14 communes !
Vous retrouverez ici les prochains rendez-vous à ne pas manquer pour enrichir vos connaissances sur la biodiversité et participer aux ABC : inscrivez-vous pour des animations et des formations.

Détails des programmes partenaires

En plus des modules proposés pour renseigner les arbres remarquables, les chauves-souris que vous avez chez vous, et les pelotes de réjection de rapaces que vous avez trouvées, vous pouvez utiliser des outils déjà existants de nos partenaires pour observer d’autres espèces et habitats.


Mares

Mares, où êtes-vous ?

À Lathuile, Saint-Ours, Le Noyer, Porte-de-Savoie, Saint-François-de-Sales, Bellecombe-en-Bauges, Lescheraines, Gruffy, Arith, Saint-Jorioz, Quintal, et Verel-Pragondran, c'est à vous de jouer !
Les mares, ces petites étendues d'eau stagnante même parfois temporaires, abritent de nombreuses espèces en étant à la fois un lieu d'abreuvoir, un lieu de reproduction pour certaines, et une source de nourriture pour d'autres.

Participez à leur inventaire avec l'outil "Mares, où êtes-vous" de France Nature Environnement : il vous suffit de pointer sur la carte la mare de votre jardin, votre ville ou village, ou celle que vous auriez croisée en balade. Vous pouvez ensuite la décrire et ajouter des photos.
N’hésitez pas à renseigner des données aussi lors de vos visites de mares déjà identifiées sur la carte.
Et si vous repérez des libellules et amphibiens, mentionnez-le en commentaire de la description de la mare, puis renseignez précisément les espèces que vous avez vues :

  • Vous n'avez aucun doute sur l'espèce, et même si vous n'avez pas de photos : utilisez Faune-AuRA (application mobile NaturaList)
  • Vous ne savez pas exactement de quelle espèce il s'agit, mais vous avez des photos : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges

Mais attention de ne pas les manipuler et capturer !

Pour en savoir plus sur les libellules : Parcourez cette liste et entrainez-vous à les reconnaître
Pour être incollable sur les amphibiens : Guide de l’ONEMA d’identification rapide des amphibiens
Et du 23 mars au 31 août, parcourez l’exposition temporaire « Reptiles et amphibiens » de la Galerie Eurêka à Chambéry

Crédits photos : 5snake5, CC0, via Wikimedia Commons / Charles J. Sharp, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Libellules

Avez-vous vu l'Agrion de Mercure, l'Aeschne des joncs, ou le Cordulégastre bidenté ?

À Gruffy, Viuz-la-Chiésaz, Quintal, Lescheraines, ou Saint-Ours, si vous repérez une libellule, ne passez pas à côté ! Renseignez vos observations d'odonates, particulièrement de l'Agrion de Mercure, l'Aeschne des joncs, et le Cordulégastre bidenté, sur ces communes.

Pour cela deux outils possibles (il sera nécessaire de vous créer un compte) :

  • Vous n'avez aucun doute sur l'espèce, et même si vous n'avez pas de photos : utilisez Faune-AuRA (application mobile NaturaList)
  • Vous ne savez pas exactement de quelle espèce il s'agit, mais vous avez des photos : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges

Pour en savoir plus sur les libellules, parcourez cette liste et Entrainez-vous à les reconnaître !

Crédits photos : Robert Flogaus-Faust, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons / Charles J. Sharp, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Ripisylves

Participez à la caractérisation des bords de cours d'eau !

À Lathuile, Arith, Le Noyer, Saint-François-de-Sales, Lescheraines, Gruffy, Quintal, Duingt, et Saint-Jorioz, c’est le moment de s’intéresser à la végétation qui borde les cours d’eau !
La végétation en bord de cours d'eau (appelée ripisylves), composée d'arbres, d'arbustes, d'herbes joue un rôle essentiel dans le fonctionnement du cours d'eau (refuge pour de nombreuses espèces, limite le réchauffement de l'eau, stabilise les berges, améliore la qualité de l'eau ...).
Un outil développé par France Nature Environnement AURA permet d'évaluer si ces zones le long des cours d'eau sont en bon état. Il est appelé IBCR : Indice de biodiversité et de connectivité des ripisylves.
Vous pouvez l'utiliser pour que votre commune connaisse mieux ces espaces, et puisse mettre en œuvre des actions pour les préserver ou les améliorer !

Des formations à cet outil ont lieu en 2024 dans le cadre des ABC. Si vous n’avez pas pu y participer mais êtes intéressés pour faire des relevés, contactez c.riedweg@parcdesbauges.com. Pour participer à cette étude :

⚠ Ne vous mettez pas en danger : vous pouvez évaluer la berge de loin, et privilégiez le fait de faire ces relevés à plusieurs !

Crédits photos : Semnoz-II, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons / Totodu74, via Wikimedia Commons


Putois d'Europe

Avez-vous vu le putois d'Europe ?

À Lathuile, Saint-Ours, Le Noyer, Porte-de-Savoie, Saint-François-de-Sales, Bellecombe-en-Bauges, Lescheraines, Gruffy, Arith, Duingt, Saint-Jorioz, et Quintal, c'est à vous de jouer !
Le Putois d'Europe est un petit mustélidé que l'on retrouve notamment à proximité des zones humides et des bords de cours d'eau.
Très discret, on l'observe très peu, et même le plus souvent mort écrasé au bord de la route.

Pour nous aider à mieux le connaître, transmettez-nous vos observations même anciennes (de putois vivants ou morts) en renseignant la date, le lieu exact de l’observation et d’éventuelles photos :

  • Vous n'avez aucun doute sur l'espèce, et même si vous n'avez pas de photos : utilisez Faune-AuRA (application mobile NaturaList)
  • Vous n’êtes pas sûr s’il s’agit bien du putois d’Europe et vous avez une photo : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges
  • Si vous n’êtes pas à l’aise avec ces outils, envoyez vos observations à FNE, ou gardez-les précieusement avant de participer à un atelier ABC "Saisie d’observations naturalistes"

Pour vous aider : Guide pour reconnaître le putois d’Europe et transmettre mes observations

Crédits photos : Nicolas Weghaupt, CC0, via Wikimedia Commons / Peter Trimming, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons


Nids de micromammifères

Avez-vous vu des nids de muscardin et rat des moissons ?

Dans toutes les communes ABC, à vous de jouer !
Le rat des moissons et le muscardin sont de petits rongeurs, que l'on voit peu mais pour lesquels les nids sont très caractéristiques. En relevant l'emplacement de ces nids, nous pouvons ainsi détecter la présence de ces micormammifères à fort enjeu patrimonial, et ainsi mieux connaître leur répartition sur le territoire.

Le muscardin fréquente les lisières de boisements, les ronciers, et les haies, tandis que le rat des moissons se retrouve dans les roselières, et les herbes hautes.

Si vous trouvez un nid, prenez-le en photos (mais ne le touchez pas pour ne pas déranger de possibles occupants !) ainsi que la végétation alentour, notez sa localisation, puis renseignez votre observation :

  • Vous n'avez aucun doute sur l'espèce, et même si vous n'avez pas de photos : utilisez Faune-AuRA (application mobile NaturaList)
  • Vous ne savez pas exactement de quelle espèce ou de quel nid il s'agit : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges
  • Si vous n’êtes pas à l’aise avec ces outils, envoyez vos observations à FNE, ou gardez-les précieusement avant de participer à un atelier ABC « Saisie d’observations naturalistes »

Pour vous aider à localiser ces petits mammifères : Guide pour chercher les nids et transmettre mes observations

Crédits photos : Hajotthu, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons / Frank Vassen, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons


Milan royal

Savez-vous où niche le milan royal ?

À Bellecombe-en-Bauges, Gruffy, et Viuz-la-Chiésaz, vous pouvez nous aider à rechercher si, et où, le milan royal niche !
En mars, ce rapace, revenu depuis seulement quelques années sur le massif des Bauges, commence sa période de reproduction. Au printemps, les couples se forment, les nids se construisent, puis les adultes élèvent les jeunes.

En observant le ciel avec vos jumelles, vous pourriez repérer des milans et peut-être qu’ils seront en train de rejoindre leur nid. Dans ce cas ne les perdez pas de vue, notez bien vos observations et leurs comportements, et si vous arrivez à les suivre avec vos jumelles jusqu’au nid perché dans un arbre, cette information est précieuse.

Vous pouvez transmettre toutes vos observations de milan royal, et surtout de nids, sur Faune-AuRA (application mobile NaturaList).

Pour vous aider à reconnaître le milan royal et ses comportements : Guide d’aide au suivi de la nidification du milan royal

Crédits photos : Vnyyy, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons / Noel Reynolds, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons


Papillons, bourdons, et autres pollinisateurs

Observez et recenser les insectes butineurs !

À Gruffy, Quintal, et Verel-Pragondran, c’est à vous de jouer !
Autour des plantes en fleurs, il y a du mouvement ! Prenez le temps d'observer les papillons, les bourdons, et les autres insectes qui viennent butiner dans votre jardin, en bord de chemin, ou près des prairies fleuries, et participez ainsi à l'étude des interactions entre plantes et insectes.

Pour cela, trois outils, avec des objectifs différents, que vous pouvez utiliser aussi souvent que vous le souhaitez. Choisissez votre préféré, ou mieux, alternez entre les trois :

  • SPIPOLL : recensement de tous les insectes se posant sur une plante en fleur pendant 20min, à vos appareils photos !
  • Opération Papillons : comptage des papillons du jardin (ou du balcon) sur une semaine.
  • Observatoire des Bourdons : comptage des bourdons du jardin (ou du balcon) sur une semaine.

Et si au détour d'un chemin vous croisez un papillon rare et/ou protégé, renseignez-le sur iNaturalist (si vous avez un doute et plusieurs photos), ou Faune-AuRA (si vous êtes sûr de vous, même sans photo).

  • Guide des papillons pour vous aider à les reconnaître
  • Liste des papillons recherchés particulièrement à Gruffy, Quintal et Verel-Pragondran : à venir

Vous voulez agir dans votre jardin en faveur des pollinisateurs ? Suivez le guide pratique de l’association ARTHROPOLOGIA.

Crédits photos : Sven Damerow, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons / Adrian Tync, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Oiseaux des jardins

Participez à l'inventaire des oiseaux... dans votre jardin !

Vous habitez à Viuz-la-Chiésaz, Bellecombe-en-Bauges, ou Quintal ?
L'Atlas de la biodiversité (ABC) de votre commune est l'occasion pour vous d'observer les oiseaux de votre jardin (ou balcon, ou parc municipal), et de transmettre vos observations. Ces observations permettront aux scientifiques de mieux comprendre quand et comment les oiseaux visitent les jardins.

Pour cela, deux outils à utiliser aussi souvent que vous le pouvez (il sera nécessaire de vous créer un compte si ce n'est déjà fait) :

  • Le site de l'Observatoire des oiseaux des jardins (à noter que si vous saisissez déjà des observations ponctuelles sur Faune-Aura vos identifiants sont les mêmes) : suivez ce guide.
    Deux moments forts de comptages nationaux ont lieu le dernier week-end de janvier, et le dernier de mai, mais vous pouvez observer et saisir vos données aussi souvent que possible !
  • Birdlab : une application mobile qui vous permettra de renseigner le comportement des oiseaux l'hiver, face aux deux mangeoires que vous aurez préalablement disposées dans votre jardin.

Ce guide des principales espèces pourra devenir votre livre de chevet !
Et lors de vos observations, vous pouvez garder sous le coude cette fiche d’aide pour le comptage (à ne pas renvoyer) !

Crédits photos : Pierre-Marie Epiney, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons / Aufray, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Hirondelles et martinets

Comptez les hirondelles et martinets, et repérez leurs nids !

À Saint-Ours, Gruffy, Bellecombe-en-Bauges, Duingt, et Saint-Jorioz, vous pouvez participer à l'inventaire de l'hirondelle rustique, celle de fenêtre, ainsi que du martinet noir, en repérant les bâtiments qu’ils occupent, puis en les comptant et en comptant les nids (occupés ou non) !
Renseignez ainsi vos observations de ces petits oiseaux, qui apprécient nos bâtiments, et nous sont parfois bien utiles en régulant les populations d'insectes.

Pour tout savoir sur les espèces recherchées et sur la façon de les compter, vous pouvez parcourir cette présentation de la LPO : Présentation Hirondelles et martinets du massif des Bauges

Pour cela deux outils possibles (il sera nécessaire de vous créer un compte) :

  • Vous n'avez aucun doute sur l'espèce que vous avez repérée : utilisez Faune-AuRA (application mobile NaturaList) et le module Biobat
  • Vous ne savez pas exactement de quelle espèce ou de quel nid il s'agit mais vous avez des photos : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges

Pour en savoir plus sur ces trois oiseaux, gardez ces fiches de la LPO : Hirondelle rustique, Hirondelle de fenêtre, et Martinet noir.

Crédits photos : Iswoar, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons / Marton Berntsen, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons


Chouette effraie

Avez-vous vu ou entendu l’Effraie des clochers ?

À Saint-Ours, Viuz-la-Chiésaz, Duingt, et Saint-Jorioz nous sommes à la recherche de la Chouette effraie !
Ce rapace nocturne, qui gîte dans les bâtiments, les falaises, ou les arbres creux, a un grand intérêt contre la prolifération des rongeurs. En effet, elle chasse dans les milieux ouverts et les lisières, essentiellement des rongeurs, parfois aussi de gros insectes, des oiseaux, des amphibiens ou des chauves-souris. Après son repas, elle laisse derrière elle des pelotes de réjection, agglomérats de poils et ossements, qui sont de précieuses sources d’information sur les micromammifères présents sur le territoire.

Si vous entendez ou voyez une chouette effraie :

  • Prenez le temps d’observer le sol à proximité et si vous trouvez des pelotes de réjection ramassez-les, renseignez leur localisation ici (Pelotes de réjection et micrommamifères), et conservez-les jusqu’à un atelier d’analyse des pelotes (ou transmettez-les à votre commune ABC, FNE Haute-Savoie, ou le Parc).
  • S’il n’y a pas de pelotes de réjection, vous pouvez quand même renseigner votre observation de la Chouette effraie en utilisant Faune-AuRA (application mobile NaturaList).
  • Si vous n’êtes pas sûr de l’espèce et vous avez une photo ou un enregistrement : utilisez iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges

Pour vous aider à trouver les pelotes de réjection : Guide à la recherche des pelotes de réjection des rapaces nocturnes

Crédits photos : Steve Garvie, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons / Luc Viatour, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons


Groupes orphelins

Et si vous preniez en photos les petites bêtes que vous croisez ?

Dans toutes les communes ABC, à vous de jouer !
Nous avons besoin de vous pour mieux connaître tous ces groupes orphelins (orphelins de données car très peu étudiés jusqu’à présent), souvent mal aimés (et pourtant très utiles !), que sont les coccinelles, les punaises, les araignées, et les opilions (faucheux).

Vous en voyez souvent mais vous n’y connaissez rien ? Pas d’inquiétude, vous aurez juste besoin de prendre quelques photos de bonne qualité pour que des experts puissent ensuite essayer de déterminer de quelle espèce il s’agit, et après identification et validation en faire de véritables données scientifiques.

  • Une fois vos photos prises, postez-les sur la plateforme iNaturalist, et comptez sur les autres membres de la plateforme pour vous aider à identifier l’espèce. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges
  • Si vous n’êtes pas à l’aise avec cet outil, gardez précieusement les photos et localisations exactes de vos observations avant de participer à un atelier ABC « Saisie d’observations naturalistes ».

Pour mieux connaître ces petites bêtes :
Catalogue illustré des araignées de Savoie
Mieux connaître les araignées avec la LPO
Punaises : Etat des connaissances en 2019 en Savoie

Crédits photos : ©Photos Laurent Madelon


Lynx et chat forestier

Avez-vous vu ces félins sur le massif ?

Dans toutes les communes ABC, à vous de jouer !
Dans le massif des Bauges, deux félins sauvages se font très discrets : le lynx et le chat forestier. En nous communiquant vos observations si vous avez la chance de les apercevoir (traversée d’une route, grâce à un piège photo, etc…), vous nous aider à mieux connaître leur répartition sur le territoire.

  • Si vous observez un lynx ou un chat forestier, transmettez la date, la localisation, et le nom de l’observateur par mail à r.cousin@parcdesbauges.com.

Et pour vous aider à différencier chat forestier et chat domestique : Comparaison entre le chat domestique et le chat sauvage, par la SFEPM

Crédits photos : Martin Mecnarowski, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons / Schorle, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons


Fleurs recherchées

Avez-vous vu Crepis praemorsa, Anacamptis palustris, Anacamptis laxiflora, ou encore Seseli annuum ?

À Bellecombe-en-Bauges, Lescheraines, Viuz-la-Chiésaz, et Verel-Pragondran, nous sommes à la recherche de certaines fleurs peu connues.
À Bellecombe-en-Bauges et Lescheraines, c’est la Crépide en rosette (Crepis praemorsa) qui est recherchée. Pour la reconnaître, parcourez son Avis de recherche , et attardez-vous surtout sur les feuilles caractéristiques poilues en rosette, sans aucune feuille sur la tige (ce qui permet de bien la distinguer des nombreuses épervières)..

À Viuz-la-Chiésaz, c’est deux orchidées qui sont recherchées en milieux humides : l’Orchis des marais (Anacamptis palustris) et l’Orchis à fleurs lâches (Anacamptis laxiflora). Pour les reconnaître, parcourez leurs Avis de recherche (cliquez ci-dessus).

À Verel-Pragondran, c’est le Séséli annuel (Seseli annuum) qui est recherché. Avis de recherche (à venir).

Pour transmettre vos observations :

  • Rendez-vous sur la plateforme iNaturalist, créez-vous un compte, renseignez le lieu de l’observation, le nombre de pieds, et des photos. Les autres membres de la plateforme (dont les experts du CBNA) pourront confirmer l’identification de l’espèce. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges
  • Si vous n’êtes pas à l’aise avec cet outil, gardez précieusement les photos et localisations exactes de vos observations avant de participer à un atelier ABC « Saisie d’observations naturalistes ».

Crédits photos : Gllawm, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons / CBNA


Et pour toutes les autres observations ?

Pour saisir mes autres observations de faune ou de flore…

Pour que toutes vos autres observations ponctuelles d’espèces faunistiques ou floristiques puissent servir plus largement à enrichir les bases de données scientifiques, nous vous conseillons d’utiliser :

  • Soit Faune-AuRA (application mobile NaturaList) : pour les espèces faunistiques et si vous n’avez aucun doute sur l’espèce observée.
  • Soit iNaturalist, : pour toutes espèces de faune ou de flore (même au-delà du massif des Bauges !), notamment si vous n’êtes pas sûr de l’espèce observée et que vous avez des photos ou des enregistrements, car vous pourrez compter sur les autres membres de la plateforme pour vous aider à l’identification. Et vous pouvez rejoindre le projet ABC Massif des Bauges.

Sur ces plateformes, une fois vos observations bien identifiées et validées, elles intègrent les bases de données naturalistes comme de véritables données scientifiques !

Crédits photos : Zeus, Patrick Yavitz, La Mula Francis (GPL or DSL) via Wikimedia Commons

Découvrez l'atlas de la biodiversité des Bauges

Si vous êtes curieux de connaître ce qu’on sait déjà des espèces présentes dans le massif des Bauges, la plateforme Biodiv’Bauges est pour vous !
Elle vous permettra de consulter les données disponibles récoltées par les agents du Parc, par les structures naturalistes locales et par de nombreux observateurs indépendants.
Vos observations saisies dans les différents outils de collecte de données qui vont sont proposés plus haut, une fois validées et avec un peu de délai, se mêleront à toutes ces données disponibles.
Vous retrouverez aussi sur Biodiv’Bauges un peu de lecture sur la grande diversité de milieux naturels du massif, les espèces qu’il abrite, sa géologie, ainsi qu’un décryptage des zonages environnementaux et de la réglementation qui s’applique sur certains espaces et espèces.


Droits photos

Coccinelle en page d'accueil : ©Photos Laurent Madelon


Code source du projet

Ce projet a été déployé grâce à l'application GeoNature-citizen, un outil du projet GeoNature destiné à l'inventaire participatif.